Pourquoi s’internationaliser en espagnol

Pourquoi s’internationaliser en espagnol

Quand une entreprise technologique française pense internationalisation, son premier réflexe est l’anglais « parce que tout le monde le parle ».  Une autre stratégie est possible…

Quelques chiffres

L’espagnol est la deuxième langue maternelle la plus fréquente dans le monde après le mandarin et devant l’anglais. Il y a près de 470 millions de natifs hispanophones dont le pouvoir d’achat représente près de 10% du PIB mondial.

En 2014, 6,7% de la population mondiale a l’espagnol pour langue maternelle (contre 1,1% le français) et pour des raisons démographiques, ce pourcentage sera de 7,5% en 2030, selon Britannica World Data.

En 2014 toujours, l’espagnol était la troisième langue la plus présente sur internet après l’anglais et le mandarin, et la deuxième langue sur Twitter.

Situation économique et perspectives

La bonne croissance économique qu’a connue la zone latino-américaine au cours des dernières années a entraîné une amélioration globale du pouvoir d’achat de la population. En 2013, la croissance du PIB de 14 des 19 pays hispanophones de la région était comprise entre 3 et 13%.

Dans plusieurs pays (Pérou et Bolivie notamment) la classe moyenne s’est rapidement accrue et aspire à consommer de la même façon que les Etats-Unis ou les pays européens. Les négociations de paix avec les FARC ouvrent de formidables perspectives commerciales avec la Colombie. D’autres nations (Argentine et Venezuela) qui subissent actuellement des difficultés d’ordre politico-économiques sont à surveiller car elles offriront dans les prochaines années beaucoup d’opportunités.

De son côté, l’Espagne renoue avec la croissance.

Equipements et internet

En Amérique Latine, l’accès à internet se démocratise et la population aime beaucoup les smartphones, moyen d’accès permanent aux réseaux sociaux massivement investis.

La baisse des prix des abonnements mobiles à haut débit au cours des dernières années (entre 2010 et 2013, -52% pour les abonnements basiques, -37% pour les abonnements à 1Gb) ainsi que la mise sur le marché de smartphones à prix plus modiques favorise l’acquisition de téléphones intelligents.

D’après eMarketer, près de 150 millions de smartphones étaient en circulation en Amérique Latine en 2014, soit 20% du parc de téléphones portables. 32% des connexions à internet ont été faites via des équipements mobiles ; ce chiffre atteindra 68% en 2020, selon les projections de GSMA. A cette date, 76% de la population latino-américaine sera couverte par la 4G (35% aujourd’hui).

Mais comment toucher ces marchés, ces partenaires potentiels?

Nombre d’hispanophones ne parlent pas l’anglais ou le maîtrisent insuffisamment pour envisager des négociations dans cette langue. Selon des estimations reprises par l’institut Cervantes, l’usage de l’espagnol augmente les relations commerciales de 290%, contre 240% pour l’anglais.

S’il existe des variantes linguistiques dans les 20 pays où l’espagnol est langue officielle, il est possible de se faire comprendre dans tous avec un espagnol « international » non localisé, pourvu qu’il soit bien écrit.

Au vu du marché actuel et des perspectives de développement, la French Tech devrait sérieusement se mettre à l’espagnol pour porter l’internationalisation des entreprises technologiques gauloises.

Et vous, où en êtes-vous ? Votre site propose-t-il une version en espagnol ? Votre niveau est-il suffisant pour tenir une conversation avec vos futurs partenaires ou clients ?



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *