Copie d'écran de Gopili

Lancer sa PME à l’international: l’exemple de Kelbillet-Gopili

GopiliYann Raoul a créé en 2009 Kelbillet, une solution pour permettre aux particuliers de trouver facilement la façon la moins chère de se déplacer. Derrière l’écran, un agrégateur de flux multitransports, du covoiturage à l’avion en passant par le train. Six ans plus tard, la PME – 7 personnes – part à la conquête de l’Europe sous le nom de Gopili. Yann Raoul a répondu à nos questions.

 Pourquoi partir à l’international ?

Le marché français est mature et nous y avons une bonne position. Nous avons déjà noué des partenariats avec la quasi-totalité des opérateurs de transport sur le territoire. Nos marges de progression sont à l’international. En outre, si les agrégateurs de flux pour les voyages domestiques existent de longue date, pour les vols aériens en particulier, notre agrégateur de flux multitransport est un élément réellement différenciant.

Comment se prépare-t-on à conquérir l’international quand on est une petite entreprise ?

On n’a pas de check-list ! Cela étant, on a regardé les marchés, on a choisi des pays, à commencer par la Grande-Bretagne qui est une terre de voyages, et puis l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne. Pour chacun de ces pays il y a des raisons stratégiques (et confidentielles, NDLR).

On a aussi créé un nom pour l’international: Kelbillet fonctionne bien sur le marché français, mais ne conviendra pas pour l’étranger. Il nous fallait un nom simple, facile à lire et à retenir dans toutes les langues. C’est l’équipe qui a trouvé Gopili. C’est court, c’est sympa, on comprend bien le Go! et cette année nous sortirons quelque chose qui permettra de comprendre le « pili ».

Pour nous développer à l’étranger, nous avons besoin de partenaires, d’audience et de « technos ». Nous avons levé des fonds auprès de la Banque Publique d’Investissement notamment, pour renforcer notre équipe technique et recruter des gens qui vont gérer les différents marchés et assurer la communication.

Quelles surprises avez-vous eu en commençant votre déploiement à l’international ?

Le fait de sortir le site en langue anglaise nous a tout de suite donné de la visibilité dans la presse spécialisée européenne, alors qu’on sollicitait les journalistes et qu’on n’arrivait jamais à avoir d’articles. Et le site nous permet d’exister aux yeux de futurs partenaires étrangers. On a été contactés par des patrons d’entreprises de transport de passagers qui, comprenant ce qu’on propose, sont intéressés.

Merci Yann !

Le lancement de Gopili en Espagne se fera avant l’été.

>> Retrouvez l’interview complète de Yann Raoul dans le Mag Numérique.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *